Planète : les humains pourraient-ils vraiment détruire toute vie sur Terre ?

Planète : les humains pourraient-ils vraiment détruire toute vie sur Terre ?

Crédit photo, Joshua Marunduh / Getty Images

La tendance de l’homme à paraître insatiable à manger change notre planète et la vie qui s’y trouve, mais pouvons-nous changer notre comportement ?

Parmi les nombreux risques de catastrophe mondiale connus, certains reçoivent plus d’attention des médias que d’autres.

Les effets d’un astéroïde, les éruptions de supervolcans et le changement climatique ont tous reçu un traitement hollywoodien.

Et tous ces risques ont eu un impact dévastateur sur la vie de notre planète dans le passé. Pourtant, sans le savoir pour beaucoup, une nouvelle menace mondiale qui peut détruire sa propre vie se prépare dans l’ombre de notre vie quotidienne.

Il est motivé par le désir humain irrésistible d’utiliser du matériel. Et paradoxalement, c’est le résultat de la vie humaine elle-même.

Regardez autour de vous – vous êtes inséparablement entouré d’objets matériels – qu’ils soient nécessaires ou non à votre vie.

Pour chaque objet matériel que nous consommons, il existe un réseau croissant d’actions mondiales qui enlèvent lentement la santé émotionnelle humaine, épuisent les ressources de la Terre et dégradent les habitats de notre planète.

S’il n’est pas vérifié, le risque de consommation humaine fait-il de la Terre un monde inhabitable ? Avons-nous la force de nous arrêter avant qu’il ne soit trop tard ?

A ne pas manquer sur BBC Africa :

Une équipe de chercheurs de l’Institut des sciences Weizmann en Israël a récemment publié une étude comparant la masse artificielle – ou masse anthropique – avec toute la masse vivante, ou biomasse, du monde.

Ils ont révélé que le premier, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, a dépassé le second ou est sur le point de le faire dans les années à venir.

L’étude de l’Institut Weizmann estime qu’en moyenne, chaque personne sur le globe produit désormais plus de masse induite par l’homme par semaine que son poids corporel.

« La perception que la masse anthropique, c’est-à-dire les substances artificielles, pèse désormais autant que tous les êtres vivants, et le fait qu’elle continue de s’accumuler rapidement, fournit une autre perspective claire sur la façon dont l’humanité joue désormais un rôle de premier plan dans la formation de la surface de la planète », a déclaré le professeur Ron Milo, dont le laboratoire a mené l’étude.

« Les actions humaines affectent la vie sur Terre de manière quantitativement importante. »

Crédit photo, Munir Uz Zaman / AFP / Getty Images

Notre espèce crée tellement qu’elle empiète sur l’espace des autres créatures.

Cette révélation n’est pas surprenante pour ceux qui considèrent que l’homme a déjà mené à une première époque géologique appelée Anthroposene – la vie d’un homme, terme popularisé par le chimiste lauréat du prix Nobel Paul Crutzen.

S’il existe un doute sur le début exact de cet âge, il est indéniable que l’homme est devenu une force dominante sur cette planète, s’adaptant à toutes les autres formes de vie par ses actions.

Le volume et la taille du travail humain sont alarmants. Prenons le cas du plastique : l’ère moderne du plastique n’est née qu’en 1907, mais aujourd’hui, nous produisons 300 millions de tonnes de plastique chaque année.

De plus, le fait que le béton, après l’eau, soit la substance la plus utilisée sur Terre dépasse l’entendement.

Le processus massif de géo-ingénierie initié par l’homme s’est accéléré à mesure que des matériaux tels que le béton et les agrégats sont devenus largement disponibles.

Ces deux matériaux sont une partie importante de la croissance de masse anthropique.

Même l’aventure humaine relativement récente de l’exploration spatiale, qui a commencé il y a environ 60 ans, déclenche un problème catastrophique avec les déchets spatiaux.

Dans le même temps, nous observons au hasard la fonte des calottes polaires, la fonte des glaces permanentes et l’augmentation des températures mondiales.

Alors, pourquoi est-ce arrivé? Les humains sont-ils génétiquement enclins au matérialisme jusqu’à leur propre destruction ? L’accumulation de matière anthropique n’est-elle qu’une mesure de la capacité destructrice des êtres humains ? Ou la nature donnera-t-elle aux humains les moyens de faire face à ce problème ? Ce sont des questions très controversées.

Bien qu’il existe des preuves que le matérialisme est appris et façonné par la culture, certains soutiennent que la sélection naturelle peut avoir prédisposé notre espèce à un désir d’accumuler des biens.

Nos biens peuvent nous procurer un sentiment de sécurité et de statut qui a sans doute joué un rôle plus important au début de l’histoire de l’humanité.

D’une certaine manière, la création de nouvelles choses est devenue un mot divin dans la psyché humaine collective. Il est présent dans toutes nos entreprises, des histoires antiques aux suites de R&D modernes.

« Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre… » dit le récit de la Genèse dans la Bible.

Les humains ont été conditionnés à croire que créer quelque chose de nouveau est un objectif de vie significatif et le seul moyen de poursuivre leurs ambitions. Et pourtant on oublie de plafonner la consommation.

Les limites de la science n’ont jamais été aussi claires pour tenter de remédier à ce déclin.

Le recours aux seules solutions technologiques vertes est imparfait, car l’accent reste mis sur les nouveaux produits et leur utilisation croissante, et non sur la modification des modes de vie ou des modèles commerciaux à l’origine du problème.

Même si nous parvenons à remplacer tous les véhicules fonctionnant aux combustibles fossiles par des véhicules électriques, par exemple, les villes ont déjà du mal à libérer de l’espace pour les voitures, et les véhicules électriques ont leur propre empreinte de ressources dans le monde en raison des matériaux nécessaires à leur construction.

En Côte d’Ivoire, la guerre au plastique

« L’accumulation de masse anthropique est également liée au développement urbain, ainsi qu’à ses implications environnementales associées, déjà observées dans le monde », explique Emily Elhacham, l’une des auteurs de l’étude de l’Institut Weizmann. Les sciences.

« J’espère que la sensibilisation favorisera un changement de comportement qui trouvera un meilleur équilibre. Chaque pas dans cette direction aura un impact positif. »

Regardez l’empreinte carbone de nos gadgets, d’Internet et des systèmes qui les prennent en charge.

Il représente environ 3,7 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre et devrait doubler d’ici 2025.

Les émissions peuvent être réduites en envoyant un e-mail de moins ou en ne partageant pas une photo indésirable sur les réseaux sociaux.

Cela peut sembler une remise insignifiante pour un individu, mais c’est suffisant pour ajouter des milliards de ces petits gestes.

Les grandes entreprises technologiques prétendent devenir vertes ou se fixer des objectifs de neutralité carbone, mais elles encouragent rarement les gens à passer moins de temps sur les réseaux sociaux ou à commander moins de produits.

Au lieu de cela, les modèles de publicité et de marketing véhiculent des messages puissants qui renforcent la devise : créer et utiliser plus.

Crédit photo, Noel Celis / AFP / Getty Images

Parmi les déchets que nous jetons, certaines espèces évoluent pour prospérer dans les environnements pollués que nous créons.

Ce matérialisme brutal et irrationnel est également profondément enraciné dans les traditions et les symboles culturels.

Aux États-Unis, Thanksgiving est suivi d’un autre carnaval appelé Black Friday. Au cours de ce rituel, de longues files d’acheteurs affluent dans les centres commerciaux et se blessent ou se marchent souvent – mais les gens sont convaincus que l’effort en vaut la peine.

À l’ère de l’anthropocène, les humains peuvent se sentir en droit de mettre leurs espoirs dans la technologie pour résoudre tous les problèmes afin qu’ils puissent continuer à faire ce qu’ils font.

Face à la collecte du plastique durable dans l’environnement par exemple, un élan d’innovation s’est traduit par des tasses à café biodégradables, des sacs recyclables et de la paille réutilisable.

Mais s’il est vrai qu’un modèle de croissance durable qui inclut notre environnement a beaucoup plus de potentiel à souffrir, nous avons besoin d’une approche différente de la durabilité qui s’attaque à notre consumérisme massif.

Le Covid-19 nous a rappelé la fragilité et l’impréparation de la civilisation humaine, même face à des phénomènes dits de pandémie.

Il nous a également appris que le comportement humain peut être modifié par des actions mineures telles que le port d’un masque pour réduire l’intensité des tragédies mondiales.

La méthode passive de propagation de masse anthropique n’est pas seulement due au manque de connaissance de son effet, mais est aussi généralement liée à la tendance humaine à rejeter les faits qui ne correspondent pas à leur vision du monde.

Les humains ont naturellement tendance à ignorer les questions qui n’affectent pas leur vie quotidienne ou celles qui diminuent leur confort.

De plus, les humains pourraient trouver du réconfort en pensant que la nature pourrait équiper les organismes pour survivre, peu importe ce que nous faisons.

Il est vrai que l’évolution lente et progressive, de type darwinien, par sélection naturelle est souvent dépassée dans certains milieux très pollués.

En 2016, une équipe de scientifiques au Japon a découvert des souches de bactéries provenant d’une installation de recyclage de bouteilles qui pourraient décomposer et métaboliser le plastique.

D’autre part, cette découverte illustre les manières subtiles et puissantes dont les actions humaines modifient la vie sur cette planète.

La modification des organismes en réponse aux polluants est un phénomène complexe.

« À long terme, une augmentation continue de la masse anthropique entraînerait une perte d’habitat par déplacement physique et modification de l’habitat, comme la contamination par des polluants résultant de la production et de l’élimination de masse humaine », explique Alessandra Loria, biologiste à l’Université McGill (Canada) ), qui est l’auteur principal de cette étude.

La recherche montre que les effets négatifs causés par la pollution s’aggravent souvent au fil des générations, bien que les mécanismes d’adaptation varient selon les espèces.

L’épuisement rapide des ressources naturelles et de la biodiversité n’est pas la course évolutive habituelle à laquelle la nature est habituée.

Alors que certaines espèces peuvent certainement s’adapter aux changements de notre environnement, l’homme n’est pas seulement une espèce suivant l’évolution darwinienne, mais une force beaucoup plus grande qui est venue diriger l’évolution sur cette planète.

Au Zimbabwe, la collecte de déchets est une profession très appréciée

Des études ont montré que pour la plupart des espèces, l’adaptation évolutive ne devrait pas être assez rapide pour amortir les effets des changements environnementaux causés par l’activité humaine. Et notre propre espèce ne fera pas exception.

Bien qu’il ne soit pas prouvé que nous nous détruirons nous-mêmes, il y a des signes clairs que nous ignorons certaines évolutions de nos dangers. Par exemple, une partie des extinctions massives de l’histoire de la Terre est liée à l’acidification des océans. Les océans absorbent environ 30 % du dioxyde de carbone rejeté dans l’atmosphère, ce qui a pour effet d’augmenter l’acidité des océans. Les océans pourraient s’acidifier plus rapidement aujourd’hui qu’au cours des 300 derniers millions d’années, principalement en raison des activités humaines.

Crédit photo, Yuri Smityuk / TASS / Getty Images

Les espèces avec lesquelles nous partageons la planète peuvent-elles s’adapter assez rapidement pour faire face au nouveau monde que nous créons pour elles ?

« La vie humaine sera affectée négativement par la perte des nombreux avantages et services écosystémiques fournis par la diversité biologique », explique M. Loria. « Par exemple, la pollution de l’eau peut affecter la fourniture de services, tels que la nourriture et l’eau, entraînant une réduction de la variété des aliments et/ou de leur qualité et de leur sécurité. Les écosystèmes menacent les conditions de vie sur Terre, en particulier la survie à long terme de notre propre espèce. . « 

Notre impact sur la planète est bien plus profond que l’empreinte carbone ou le réchauffement climatique. Il suggère un avenir où les effets de la matière anthropique seront responsables – sinon déjà – de l’identité de la Terre et de sa vie. Face à cela, les humains pourraient se retrouver perdus dans la course à l’évolution.

Supprimer des matériaux tels que le béton ou le plastique ou les remplacer par des alternatives ne résoudra pas le problème fondamental des attitudes humaines et notre désir sans égal d’en faire plus.

C’est exactement là que le matérialisme peut devenir un facteur de risque inconnu et connu pour la prochaine catastrophe mondiale.

La myriade de façons dont elle peut transformer cette planète en un monde sans esprit est quelque chose que notre civilisation n’a jamais connu auparavant.

Le Ghana fait face à de sérieux défis en matière d’assainissement, en particulier à Accra

En l’absence d’un bouclier évolutif parfaitement sécurisé, nous pourrions compter sur notre intellect pour survivre. Néanmoins, comme le souligne Abraham Loeb, professeur de sciences et astronome à l’Université Harvard à la recherche de civilisations cosmiques mortes, « la marque de l’intelligence est la capacité de faire avancer un avenir meilleur ».

« Si nous continuons à nous comporter de cette façon, nous ne survivrons peut-être pas très longtemps », a-t-il déclaré.

« D’un autre côté, nos actions pourraient être une source de fierté pour nos descendants s’ils soutiennent une civilisation suffisamment intelligente pour durer de nombreux siècles. »

L’histoire de Bhasmasura dans la mythologie hindoue offre un étrange parallèle à l’effet du matérialisme.

En tant que dévot du Seigneur Shiva, il reçoit une bénédiction de Shiva, qui lui permet de réduire n’importe qui en cendres d’un simple toucher sur la tête.

Immédiatement après avoir acquis cette capacité magique, il essaie de la tester sur Shiva lui-même. L’histoire raconte que Shiva parvient à s’échapper.

Mais les êtres humains peuvent ne pas avoir la possibilité de fuir leurs propres actions. Si nous n’offrons pas une vision différente, basée sur la réduction de la consommation, les flammes de notre propre matérialisme pourraient nous consumer ainsi que notre planète bleue.

* Santhosh Mathew est professeur de physique et d’astronomie au Regis College, Greater Boston, et écrivain scientifique, auteur de deux livres.

Sources :