L’Occitanie s’affirme dans la physique quantique et ses applications industrielles

L’Occitanie rêve d’un saut quantique avec des particules liées. Alors qu’Emmanuel Macron a annoncé mi-janvier un plan quinquennal de 1,8 milliard d’euros, la région va se faire une place dans le paysage de la recherche et des applications industrielles quantiques.

« Les deux pôles universitaires de Toulouse et de Montpellier disposent de nombreux laboratoires de recherche actifs… », commence Xavier Marie. Cette enseignante-chercheur à l’Insa Toulouse est une initiative du nouvel Institut des Expositions Quitanum avec ses collègues Isabelle Robert-Philip, chercheuse au CNRS et David Guéry-Odelin, enseignant-chercheur à Toulouse-III-Université Paul Sabatier. « Pas trop de monde pour renforcer l’écosystème régional autour de la technologie quantique », poursuit Xavier Marie.

Une recherche à un tel niveau ne peut être menée seule, affirment-ils. « Nous ne pouvons être forts que si nous sommes ensemble ! Ces réseaux doivent être préparés pour que la communauté des chercheurs se connaisse et se fasse confiance », comme des choses dans d’autres domaines tels que les nanotechnologies et l’informatique.