La sociologie électorale, une science nécessaire pour les très nombreux candidats - Martinique la 1ère

La sociologie électorale, une science nécessaire pour les très nombreux candidats – Martinique la 1ère

Comment les 14 candidats sur la liste se disputent-ils les élections territoriales pour gagner le soutien des électeurs? La réponse est plus compliquée qu’il n’y paraît.

Quels sont les objectifs des différents participants à ces élections territoriales? Quelle fraction de l’électorat souhaite et peut atteindre les quatorze candidats? La mauvaise réponse est la réponse: tout. Les électeurs, ici et ailleurs, appartiennent à des catégories et sous-catégories.

Tous les citoyens n’ont pas les mêmes opinions politiques, les mêmes croyances philosophiques ou spirituelles, les mêmes pratiques religieuses, ils ne peuvent donc pas tous voter pour un homme – ou une femme. Nous n’avons pas tous non plus reçu la même éducation familiale ni suivi le même programme scolaire.

De plus, nous ne travaillons pas tous dans le même métier car nous n’avons pas les mêmes compétences professionnelles. De la même manière, on ne va pas aux mêmes endroits pour faire du shopping ou pour se divertir. Nos revenus nous donnent un pouvoir d’achat et des aspirations personnelles qui nous rendent très différents.

Tout le monde n’a pas les mêmes opinions…

Tout le monde n’a pas les mêmes opinions…

Ajoutons à cette évidence un certain nombre d’autres signes de différenciation sociale, comme la catégorie socioprofessionnelle. Les employés ne votent pas comme des patrons ou des enseignants. Sur le même sujet : Bêtes de science : le réchauffement climatique mettra-t-il à mal l'intelligence animale ?. Sachant que ces couches sociales ne votent pas de manière homogène.

L’appartenance à une telle génération compte. Un jeune de moins de 30 ans ne fait pas automatiquement le même choix que ses grands-parents. De plus, un étudiant n’a pas la même citoyenneté qu’un retraité.

D’autres critères importants sont pris en compte pour expliquer notre comportement électoral: la religion, l’environnement familial, l’entourage amical, le quartier, la façon dont nous voyons la vie politique, l’importance de s’informer. Bref, chaque électeur est un concentré sur la société dans laquelle il vit et en même temps un reflet de lui.

Pourquoi la pandémie place la science face à un dilemme
Ceci pourrez vous intéresser :
La pandémie de coronavirus a poussé la science et la recherche au…

…et ne peut pas voter dans le même sens

…et ne peut pas voter dans le même sens

Nous savons également que les électeurs ne peuvent pas avoir les mêmes points de vue sur l’offre électorale. Cette année est également particulièrement chargée avec 14 listes pour la gestion de la marque communautaire. Lire aussi : Science ouverte. La sélection est si ouverte qu’elle peut entraîner deux autres choix en retour.

Premièrement, un vote impartial parmi ceux qui ne peuvent se prononcer sur une telle abondance, précisément à cause de cette richesse. Puis un vote utile ou ce qui est considéré comme tel, pour que son bulletin de vote soit utilisé comme une expression de véritable choix.

Par conséquent, les candidats doivent savoir comment diversifier leurs discours et programmes pendant cette campagne électorale afin d’attirer le plus d’électeurs possible. Et ce, sachant qu’il n’y a pas quatorze écoles de pensée différentes dans notre magnifique Martinique.

Sources :

Urgence climatique – Une nouvelle science va sonder la nuit
Ceci pourrez vous intéresser :
La Noctilogie a été créée dans une perspective interdisciplinaire par Pascal Moeschler…