Gojira déploie un nouveau mur du son metal pour la planète

Gojira déploie un nouveau mur du son metal pour la planète

Le groupe de metal français de renommée mondiale Gojira sort son septième album intense et majestueux. Intitulé «Fortitude», il reprend le thème central de l’environnement et utilise un excellent mur sonore.

L’un des cinq singles précédemment publiés s’appelle «Amazonia» et soutient une collecte de fonds pour les victimes autochtones de la déforestation. Hormis la raison écologique, Gojira livre un album au son énorme et précis, notamment grâce à l’ingénieur du son vaudois Johann Meyer, qui travaille avec le groupe depuis des années.

Ce n’est pas un hasard si Gojira s’appelait à l’origine Godzilla, comme les monstres du film. Parce qu’il y a une grande force dans ce métal. Le souffle de vie est sous la pression de cette musique. Il y a une énergie galvanisée derrière ce mur sonore imprévisible.

& gt; & gt; En vedette, le clip de « Amazonia »:

On l’a déjà vu en 2016 avec «Stranded», sur l’album «Magma», nominé deux fois aux Grammy Awards. Nous l’avons vu avec «The Wild Child» en 2012, l’année où Gojira a joué avec Metallica à Yverdon.

Dénonciations et rébellions

Dénonciations et rébellions

Cette force forte et cette énergie galvanisante sont à nouveau présentes aujourd’hui dans le septième album intitulé «Fortitude». Les Français qui nient l’obésité de l’écosystème n’hésitent pas à prôner le plaidoyer civil et la rébellion pour changer la société. « Les lois suivront! » Ils seront dans «Into the Storm». A voir aussi : L’océan Austral est devenu le 5e océan de la planète.

& gt; & gt; En vedette, le clip de « Born For One Thing »:

Cet engagement indéfectible envers la planète Gojira est né sur les plages des Landes dans leur jeunesse. «Nous avons grandi dans le sud-ouest de la France, nous étions tout le temps dans les bois, sur la plage, nous étions toujours connectés aux mystères et à la puissance de la nature», décrypte pour l’AFP Mario Duplantier, le batteur natif du quatuor.

Et depuis vingt ans et leur premier album «Terra Incognita», Gojira a sonné comme une vague qui s’écrase, un volcan écrasé ou une falaise qui tombe. Le son de Gojira est aussi un mur. Un mur dans lequel le Vaudois Johann Meyer avait des conclusions patientes qui lui ont fait les dents à l’Amalgame Yverdon.

Gojira, « Fortitude » (Roadrunner Records).

Sources :

A lire sur le même sujet