Confinés pour la science, ils ressortent de leur grotte après 40 jours

Confinés pour la science, ils ressortent de leur grotte après 40 jours

Les 15 membres d’une mission qui avaient été volontairement enfermés dans une grotte des Pyrénées pendant 40 jours, ont retrouvé la lumière du jour samedi. Ils ont raconté leurs expériences, caractérisées par la désynchronisation du sommeil, mais aussi par «l’émerveillement» pour cet environnement.

Aveuglés par le soleil, lunettes de soleil, les membres de la Deep Time Expedition renouent avec le monde extérieur, le visage un peu pâle mais visiblement en forme.

Sans montre, téléphone ou lumière naturelle, les 15 volontaires, emmenés par l’explorateur franco-suisse Christian Clot, ont dû s’habituer aux 10,5 degrés et 100% d’humidité de la grotte de Lombrives, en Ariège, et produire leur propre électricité avec un bateau à pédales. système et puits d’eau à 45 mètres de profondeur.

& gt; & gt; Lire: Étudiez les effets d’un manque de marqueurs de temps tout en vous enfermant dans une grotte

L’impact de l’humidité

L'impact de l'humidité

“L’humidité a un impact important. Nous avons constaté une augmentation des besoins alimentaires avec le temps et la fatigue”, a déclaré Christian Clot, qui s’est longuement entretenu avec la presse.

En particulier, d’autres participants ont indiqué qu’ils avaient l’impression que beaucoup moins de temps s’était écoulé lorsqu’ils ont été informés que la période de 40 jours était terminée.

Cela pourrait vous interrésser :   Comment Avoir de bonnes notes en science

“C’était un vrai choc. Je pensais qu’il restait cinq ou six jours”, a déclaré Emilie Kim-Foo, une infirmière de 29 ans qui faisait partie du groupe.

Pas de repères temporels

Pas de repères temporels

Au cours de l’expérience, les participants ont également remarqué une grande disparité dans les cycles de sommeil. Alors, quand certaines personnes se sont levées, d’autres sont allées se coucher.

«Nous n’avions pas de marqueurs de temps», a déclaré Tiphaine Vuarier, une psychomotricienne de 32 ans. «Nous avons probablement dormi plus certaines nuits et d’autres moins», raconte Marie-Caroline Lagache, bijoutière de 50 ans.

D’habitude, “je ne me souviens pas de mes rêves. J’ai eu une bonne surprise. Je me souviens de certains rêves dans la grotte”, raconte Arnaud Burel, un biologiste de 29 ans.

& gt; & gt; Retrouvez l’explication de l’expérience Deep Time au salon CQFD:

Comment  Multiplier le chiffre 9 avec ses mains
Lire aussi :
Les doigts levés à gauche donnent le nombre de dizaines : 3.…

Retour à la réalité

Confirmant qu’il venait d’apprendre qu’il y avait «un nouvel enfermement en France», M. Sur le même sujet : Comment Calculer un volume en pouces cubiques. Clot, fondateur de l’Institut d’adaptation humaine, a également évoqué «replonger dans la réalité», notant que l’absence de masque était dans la grotte a été “une forme intéressante de liberté”.

Toujours selon l’explorateur franco-suisse, Deep Time a pour objectif d’explorer notre capacité d’adaptation à la perte de repères spatio-temporels, question qui a été soulevée notamment avec la crise sanitaire.

Cela pourrait vous interrésser :   Quatre astronautes, dont le Français Thomas Pesquet, décollent pour l'ISS

Scepticisme d’une partie de la communauté scientifique

Bien que les chercheurs y soient associés, l’approche a été accueillie avec scepticisme par d’autres scientifiques qui pointent l’absence d’un cadre suffisamment «rigoureux». Sur le même sujet : Comment Calculer des intérêts.

Etienne Koechlin, directeur du Laboratoire de Neurosciences Cognitives de l’Ecole Normale Supérieure (ENS), qui participe à la recherche «Deep Time», défend son caractère «innovant».

Par exemple, des données sur le cerveau et sur les capacités cognitives des participants collectées avant d’entrer dans la grotte seront comparées aux données collectées à la sortie, notamment pour analyser les changements du système nerveux associés à cet environnement exceptionnel.

Pas de “groupe de contrôle”

Comme d’autres chercheurs, Pierre-Marie Lledo, directeur du laboratoire des gènes, synapses et cognition (CNRS) et de l’unité «Perception et mémoire» de l’Institut Pasteur, souligne l’absence d’un «contrôle de groupe» permettant de mesurer les résultats des personnes enfermées avec ceux des autres qui ont été laissés de côté, ce qui, dit-il, ne peut être scientifiquement validé. Voir l'article : Comment Calculer le volume d'une caisse en mètres cubes.

Au total, Deep Time a besoin de 1,2 million d’euros de financement, auxquels ont participé des partenaires privés et publics. «Sortir de la grotte est très compliqué à vivre, il faut se resynchroniser avec (notre) monde, et partir», a conclu le chef de l’expédition Christian Clot après avoir passé 40 jours ensemble.

Sources :